Cancer/Troubles Cognitifs

Vous avez eu un cancer et depuis votre traitement par chimiothérapie vous avez du mal à vous concentrer ou vous avez des pertes de mémoire... ?

Vous souffrez peut etre de troubles cognitifs.

 

DOCUMENTS TELECHARGEABLES

Informations cancer adultesInformations cancer adultes (761.5 Ko)

 Informations cancer pediatrieInformations cancer pediatrie (394.96 Ko)

Plaquette consult acm adultePlaquette consult acm adulte (246.64 Ko)

Plaquette consult acm pediatriePlaquette consult acm pediatrie (244.31 Ko)

Entre 15 et 80 % (selon les études scientifiques) des personnes ayant eu un cancer se plaignent de troubles cognitifs plus ou moins importants après l’arrêt des traitements, parfois pendant plusieurs années.

Les troubles cognitifs observés sont des difficultés de mémoire, d’attention/concentration, des difficultés dans le quotidien, au travail, un ralentissement dans les actes de la vie quotidienne….

Ces troubles, s’ils sont correctement identifiés, peuvent en partie ou en totalité être rééduqués.

 


I/ Les Troubles Cognitifs dans les suites de cancers

Les troubles cognitifs observés dans les suites de cancers traités sont appelés chemobrain ou chemofog en anglais. Ils sont donc reconnus depuis quelques années par la communauté scientifique internationale et nationale qui comprend l’ampleur des répercussions de tels troubles sur la vie quotidienne des patients en rémission de cancers.

Ces troubles ne concernent pas les tumeurs cérébrales ou les cancers affectant le système nerveux qui, bien évidemment, peuvent engendrer des troubles cognitifs ou psychologiques.

On distingue deux types de troubles :

Les troubles subjectifs ou ressentis : ces troubles sont ceux décrits par les patients et sont parfois assez nombreux.

Les troubles objectifs : ces troubles sont ceux qui sont observés après une évaluation cognitive faite par un psychologue à l’aide de tests.

Il existe donc une différence entre le ressentit et les troubles réels. Cependant, il faut rester prudent et entendre chaque problème soulevé par les patients car les troubles sont parfois légers et ne sont donc pas détectés par les tests psychologiques. Cela est dû à un manque de sensibilité des tests qui ne sont pas assez fins pour mettre en évidence ce que ressentent les patients.
Il est donc important de prendre en considération la plainte et ne pas se fier uniquement aux troubles mesurés.

La plupart du temps, ces troubles sont discrets mais suffisent pour altérer le fonctionnement quotidien habituel. Ils ont des répercussions sur la vie familiale, sociale et professionnelle. La qualité de vie des patients est souvent affectée par ces troubles cognitifs qui viennent se rajouter aux difficultés psychologiques que l’on peut rencontrer dans les suites d’un cancer.

Les principaux troubles cognitifs que l’on rencontre dans les suites de cancer :
Trouble de la mémoire de travail verbale : difficultés à se souvenir de plusieurs consignes données en même temps, à comprendre un texte lu, à se souvenir d’un numéro de téléphone que l’on vous donne…
Trouble de l’attention : difficultés à rester concentré longtemps sur une même tâche (attention soutenue), difficultés à sélectionner des informations pertinentes (attention sélective)…
Trouble des fonctions exécutives : difficultés d’organisation, difficultés à planifier les choses, à faire deux choses à la fois…
Troubles de la vitesse de traitement : ralentissement général pour faire les choses, pour comprendre…

Les répercussions de ces troubles :
Ces troubles peuvent être simplement gênants mais peuvent également être invalidants et altérer la qualité de vie, les relations sociales et familiales et bien sûr la scolarité.
Ainsi, des troubles de mémoire à court-terme génèrent des difficultés à comprendre les consignes orales, à comprendre un texte écrit, à calculer mentalement ou encore à raisonner. De même, des troubles des fonctions exécutives se traduisent par des difficultés d’organisation de la pensée, des difficultés à faire plusieurs choses à la fois (exemple prendre des notes), ou encore d’être suffisamment attentif pour mener à bien un travail.

L’évolution des troubles
Les troubles sont parfois transitoires et disparaissent d’eux-mêmes quelques temps après l’arrêt du traitement adjuvant. Mais ils peuvent également perdurer plusieurs années après l’arrêt du traitement chez certaines personnes.

 


II/ Les causes

Il existe plusieurs causes qui sont encore mal identifiées.
On sait que la plupart des troubles cognitifs sont principalement des effets secondaires des traitements adjuvants (chimiothérapie…).
Ainsi, il semble que la nature des chiomiothérapies, le dosage ou encore la durée de la prescription soient des facteurs agissants sur le fonctionnement cognitif.

La survenue de ces troubles peut être favorisée par certains facteurs comme le statut hormonal, les prédispositions génétiques…

Les troubles psychologiques (anxiété, dépression…) sont également des facteurs influençant la survenue des troubles cognitifs.




III/ Comment faire face ?

Une prise en charge rééducative peut être mise en place suite à un bilan neuropsychologique objectivant les troubles cognitifs.

Actuellement, il n'existe pas de médicament pour pallier ses troubles.








Bibliographie :

Amiel-Benouaich, A. (2006). Physiopathologie des troubles cognitifs survenant au cours et au décours de la prise en charge d’un cancer du sein. La lettre du Sénologue, 31, 9-13.

Bender, C.M., Sereika, S.M., Berga, S.L., Vogel, V.G., Brufsky, A.M., Paraska, K.K., Ryan, C.M. (2006). Cognitive impairment associated with adjuvant therapy in breast cancer. Psycho-Oncology, 15, 422-430.

Kesler, S., Hosseini, S.M.H, Heckler, C., Janelsins, M., Palesh, O., Mustian, K., Morrow, G. (2013). Cognitive training for improving executive function in chemotherapy-treated breast cancer survivors. Clinical Breast Cancer, 13(4), 299-306.

Lange, M., Giffard, B., Eustache, F., Morel, N., Noal, S., Joly, F. (2011). Impact de la chiomiothérapie adjuvante sur les fonctions cognitives dans le cancer du sein : revue de la littérature. Psycho-oncologie, 5, 3-10.

McDonald, B.C., Conroy, S.K., Ahles, T.A., West, J.D., Saykin, A.J. (2012). Alterations in brain activation during working memory processing associated with breast cancer and treatment: a prospective study functional magnetic resonance imaging study. Journal of Clinical Oncology, 30(20), 25002508.

Taillibert, S., Voillery, D., Bernard-Marty, C. (2007). Chemobrain : is systemic chemotherapy neurotoxic ? Current Opinion in Oncology, 19, 623-627.
Tannock, I.F., Ahles, T.A., Ganz, P.A., van Dam, F.S. (2004). Cognitive impairment associated with chemotherapy for cancer : report of a workshop. Journal of Clinical Oncology, 22(1), 2233-2239.

Vandenbossche, S., Fery, P., Razavi, D. (2009). Altérations cognitives et cancer du sein: une revue critique de la littérature. Bulletin du Cancer, 96(2), 239-248.

Von Ah, D., Haberman, B., Carpernter, J.S., Schneider, B.L. (2013). Impact of perceived cognitive impairment in breast cancers survivors. European journal of Oncology Nursing, 17, 236-241.

Von Ah, D., Carpenter, J.S., Saykin, A., Monahan, P., Wu, J., Yu, M., Rebok, G., Ball, K., Schneider, B., Weaver, M., Tallman, E., Unverzagt, F. (2012). Advanced cognitive training for breast cancer survivors: a randomized controlled trial. Breast Cancer Research and Treatment, 135, 799-809.

 

Ajouter un commentaire