La déficience intellectuelle

 

Votre enfant présente une déficience intellectuelle ou un syndrome génétique ? En fonction de ses capacités, des aménagements du quotidien et des rééducations sont possibles pour améliorer ses apprentissages scolaires et quotidiens

 

Pour les personnes (enfants et adultes) présentant une déficience intellectuelle, une consultation neuropsychologique semble nécessaire.

Pourquoi ?

Le bilan neuropsychologique permet dans un premier temps d'évaluer au travers d'un test de QI et de l'évaluation du fonctionnement adaptatif la sévérité de la déficience intellectuelle.

Mais le bilan neuropsychologique ne se limite pas à cela. En effet, des évaluations des forces et des faiblesses des personnes permettent de déterminer un profil et ainsi de donner des conseils pour améliorer le quotidien : conseils pédagogiques pour l'école, conseils pour les habiletés de la vie quotidienne, conseils pour la vie professionnelle...

Si cela s'avère nécessaire et possible, une rééducation neuropsychologique peut être proposée.

Pour qui cette consultation ?

Pour les enfants et adultes présenntant une déficience intellectuelle d'origine connue (Trisomie 21, syndrome de l’X-Fragile, syndrome de Williams-Beuren, syndrome de Prader-Willi...) ou inconnue.

 

Comment se déroule la consultation :

  • Evaluation des capacités intellectuelles (test de QI ou test psychométrique (WISC IV, WPPSI III, WAIS IV) et du fonctionnement adaptatif

  • Evaluation des capacités de raisonnement par analogie

  • Evaluation du Profil Cognitif et des potentialités d’apprentissage

  • Etablissement d’un profil cognitif en fonction des évaluations réalisées

  • Détermination des stratégies à mettre en place pour améliorer le neurodéveloppement

  • Rééducation neuropsychologique

Qui consulter ?
Si vous craignez que votre enfant ne présente une déficience intellectuelle, une consultation auprès d'un médecin spécialiste est nécessaire dans un premier temps (neuropédiatre notamment). Ensuite, un psychologue ou neuropsychologue effectuera le test de QI et l'examen du fonctionnement adaptatif qui poseront le diagnostic. Des examens médicaux seront certainement pratiqués pour rechercher la cause (IRM, analyse génétique, ...) mais cela est déterminé par le médecin qui vous a pris en charge.

 

Articles Scientifiques personnels en liens avec la DI :

Curie, Nazir, Brun,  Paulignan,  Reboul,  Delange, Cheylus, Bertrand, Rochefort, Bussy, Stéphanie Marignier,  et al.(2014). The c.429_452 duplication of the ARX gene: a unique developmental-model of limb kinetic apraxia. Orphanet Journal of Rare Diseases, 9, 25

Bussy, G., Rigard, C. & des Portes, V. (2013). Impact d’une rééducation de la MCT verbale sur le langage d’adolescents déficients intellectuels. Revue Francophone de la Déficience Intellectuelle, Vol. 24, 141-151

Bussy, G. (2013). Déficience Intellectuelle : comment les aider à apprendre ? In La Déficience Intellectuelle : actualités et perspectives, N° Spécial (mai 2013), 248, Revue CREAI ORS

Lesca, G., Moizard MP, Bussy G, Boggio D, Hu H, Haas SA, Ropers HH, Kalscheuer VM, Des Portes V, Labalme A, Sanlaville D, Edery P, Raynaud M, Lespinasse J.(2013). Clinical and neurocognitive characterization of a family with a novel MED12 gene frameshift mutation. American Journal of Medical Genetic A, 9999, 1-9

Marignier, S., Lesca, G., Marguin, J., Bussy, G., Sanlaville, D., des Portes, V. (2012). Childhood apraxia of speech without intellectual deficit in a patient with cri du chat syndrome. European Journal of Medical Genetic, 55(6-7), 433-6.

Jacquemont S, Curie A, des Portes V, Torrioli MG, Berry-Kravis E, Hagerman RJ, Ramos FJ, Cornish K, He Y, Paulding C, Neri G, Chen F, Hadjikhani N, Martinet D, Meyer J, Beckmann JS, Delange K, Brun A, Bussy G, Gasparini F, Hilse T, Floesser A, Branson J, Bilbe G, Johns D, Gomez-Mancilla B. (2011). Epigenetic Modification of the FMR1 Gene in Fragile X Syndrome Is Associated with Differential Response to the mGluR5 Antagonist AFQ056. Science Translational Medicine, 3(64), 1-9.

Bussy, G., Charrin, E., Curie, A., des Portes, V. (2011). Implicit sequence learning in Fragile X and Down syndrome. Journal of Intellectual Disability Research, 55(5), 521-528.

Germanaud D, Rossi M, Bussy G, Gérard D, Hertz-Pannier L, Blanchet P, Dollfus H, Giuliano F, Bennouna-Greene V, Sarda P, Sigaudy S, Curie A, Vincent M, Touraine R, Des Portes V. (2010). The Renpenning syndrome spectrum: new clinical insights supported by 13 new PQBP1-mutated males. Clinical Genetics,

Bussy, G., Curie, A., Delange-Durand, K., Brun, A. (2010). Etude de la pragmatique dans le syndrome de l’X-Fragile : intérêt de l’échelle Children’s Communication Checklist. ANAE, 106, 39-44.

Bussy, G., des Portes, V. (2010). Déficiences intellectuelles : entre modularité cognitive et vitesse de traitement. ANAE, 106, 51-56.

Bussy, G., Krifi-Papoz, S., Ville, D., Lejeune, S., Clément, A., des Portes, V. (2010). Syndrome de l’X-Fragile : fonctionnement cognitif et aménagements pédagogiques. ANAE, 106, 37-43. 45-50.

Curie A, Sacco S, Bussy G, de Saint Martin A, Boddaert N, Chanraud S, Meresse I, Chelly J, Zilbovicius M, des Portes V. (2009). Impairment of cerebello-thalamo-frontal pathway in Rab-GDI mutated patients with pure mental deficiency. Eur J Med Genet., 52(1), 6-13.

Lejeune, S., Lesca, G., Clement, A., Curie, A., Bussy, G., Krifi, S., Vuillet, C., Andre, A., Ville, D., des Portes, V. (2008). Déficiences mentales liées à l’X : les enjeux d’un diagnostic génétique chez les filles mineures asymptomatiques. Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, 56, 286-289.

Bussy, G. des Portes, V. (2008). Définition du retard mental, épidémiologie, évaluation clinique.  Médecine Thérapeutique Pédiatrie, 11(4), 196-201.

Curie, A., Bussy, G., André, E., Ville, D., des Portes, V. (2008). Déficiences intellectuelles liées au chromosome X. Médecine Thérapeutique Pédiatrie, 11(4), 218-223.

L. Lion-François, D. Cheillan, G. Pitelet, C. Acquaviva-Bourdain, G. Bussy, F. Cotton, L. Guibaud, D. Gérard, C. Rivier, C. Vianey-Saban, C. Jakobs, G. S. Salomons, and V. des Portes (2006). High frequency of creatine deficiency syndromes in patients with unexplained mental retardation. Neurology, 67, 1713-1714.

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×